Mon blog voyage sur la planète animale      A PROPOS           CONTACT
Parc national Manu Pérou

Pour ce premier article invité, Un Monde Au Poil confie la plume à Anne-Laure de l’agence de tourisme au Pérou, Peru Excepción qui nous présente une destination phare pour les amoureux de la faune sauvage : le parc national Manu, réserve écologique mondiale, qui figure sur la longue liste des destinations où j’espère un jour me rendre. En attendant, voici un avant-goût de cette magnifique destination.

En quête de calme et de plénitude loin de l’agitation perpétuelle des grandes villes ? Bienvenue dans le plus grand poumon de la planète, qui recouvre plus de 30% du territoire péruvien. Au sud-est du pays, le parc national Manu est l’endroit idéal pour se ressourcer et s’en mettre pleins les yeux. Une rencontre inoubliable avec l’Amazonie, forêt grande comme 10 fois la France.

Situé à l’ouest de Puerto Maldonado, ce sanctuaire de 1 716 000 hectares qui s’étend de la zone des Andes orientales aux régions basses de la vallée de l’amazone est très difficile d’accès. La manière la plus simple, ou disons plutôt la moins compliquée d’y parvenir est depuis Cusco, en 40 min de vol ou 12 h de bus. Une fois arrivés à l’entrée du parc, vous devez emprunter le fleuve Manu par bateau durant plusieurs heures afin d’atteindre votre destination.

singe hurleur roux parc national Manu Perou
Le singe hurleur roux dont le cri peut être entendu jusqu’à 3 km

Le parc national Manu est une des zones les plus sauvages et préservées de la jungle amazonienne péruvienne. Inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1987, cette réserve naturelle (parmi les 11 présentes au Pérou) abrite la plus grande biodiversité de la planète. Ici, 1 hectare de forêt compte près de 250 espèces d’arbres. Sur les quelques 20% du parc accessibles aux touristes et scientifiques, ce sont 1 200 espèces de papillons, 1 000 espèces d’oiseaux comme l’aigle harpie ou le jabiru d’Amérique et plus de 200 espèces de mammifères comme le singe-araignée, le jaguar, l’ocelot ou l’ours à lunette qui ont été recensé. On y trouve aussi de nombreuses espèces de chauves-souris, d’amphibiens et de reptiles. Au total, on estime que le parc abrite plus de 500 000 espèces vivantes. Un beau record mondial de biodiversité.

ara choloptère parc national Manu Pérou
Vol en symbiose des aras choloptères

Les 20% du parc accessible correspondent à l’une des trois parties de la réserve, la zone culturelle (1 200 km²), où les populations non natives développent des activités ricoles, forestières ou de pêche. Dans l’espace protégé (2 570 km²), ne sont acceptées que les visites touristiques guidées ou les recherches supervisées. Enfin, les 80% restant (équivalent à 15 320 km²) sont interdits aux visiteurs et réservés aux communautés autochtones qui y vivent, sans aucun contact avec la moindre civilisation. Les Yora, Mashko-Piro, Matsiguenka, Harakmbut, Wachipaeri et Yine marquent le début de leur territoire par deux bambous croisés. Attention car passer outre peut avoir de lourdes conséquences…

Peuple Yora parc national Manu Pérou
La communauté indienne Yora du parc national Manu (Photo Jason Westlake)

randonnée ou navigation au parc national Manu

S’agissant des excursions dans le parc national Manu, elles varient souvent entre 3 et 12 jours. Au programme : vous partez en randonnée dans la jungle et goutez aux joies de la navigation. Amoureux des animaux, l’exploration du parc vous captive. Où donner de la tête ? Heureusement, le guide est un spécialiste de la région, il vous oriente dans la jungle et partage de nombreuses anecdotes et explications nécessaires.

Ara macao parc national Manu Perou
Ara bleu et jaune et les ara Macao aiment lécher les blocs d’argile

Araignées, scorpions, oiseaux aux couleurs exotiques et serpents de toutes les sortes vous entourent, dont le fameux anaconda. Vous observez aussi nombre de singes, caïmans et tapirs du Brésil. Si vous êtes chanceux, ce sont même des jaguars que vous pourrez apercevoir. Pendant la saison sèche (de mai à octobre), ils aiment faire la sieste sur les plages, qui accueillent aussi de nombreux caïmans et qui servent à la reproduction et à l’élevage de tortues. Vous observez ce spectacle tout en naviguant sur la rivière Madre de Dios. Pour un séjour en toute sérénité, munissez-vous d’un bon répulsif et de vêtements longs car sur ce territoire humide, les moustiques peuvent être voraces. Vous n’avez plus qu’à ouvrir grand les yeux, écouter les conseils avisés du guide et profiter du spectacle offert par la Pachamama.

ocelot parc national Manu Pérou
L’ocelot pourchassé pour sa fourrure est aujourd’hui une espèce protégée

 

 

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *